Comment bien choisir son assurance emprunteur ?

12 juin 2018 par Adrien Pallo
Avez-vous du mal à choisir la meilleure assurance emprunteur en terme de rapport qualité/prix ? Nous sommes là pour vous aider à comparer facilement les différents contrats et prendre la bonne décision.
Si au cours de cet article, nous n’avons pas répondu à l’une de vos questions, contactez-nous rapidement par email ! Notre équipe, spécialisée dans le rachat de crédit, est également formée en assurance. De plus, Finandom est partenaire de plusieurs assureurs sur l’île de la Réunion. Nous pourrons donc vous guider vers la meilleure offre. Et si vous cherchez une protection pour votre regroupement de crédits, nous serons encore mieux placés pour vous répondre !
Comprendre l’importance d’une assurance-emprunteur est primordiale. Premièrement, c’est aujourd’hui une condition nécessaire pour emprunter. Deuxièmement, elle garantit le remboursement de votre prêt immobilier ou de votre regroupement de crédits si votre état de santé ne vous le permet plus, ou en cas de perte d’emploi.

Pour les contrats de groupe, le taux de garantie est unique pour tous les assurés. Il peut être commun à certains emprunteurs en fonction de leur tranche d’âge, de leur statut de fumeur ou de leur niveau de santé. Pour les assurance de groupe, les “gagnants” sont généralement les fumeurs et les personnes âgées. Les “perdants” sont les jeunes en bonne santé.

📌 À savoir
Les primes peuvent être revues en cours de contrat en fonction de l’équilibre financier, notamment lorsque le taux de sinistralité est trop important.

Pour les assurances individuelles, le taux est adapté au profil de l’assuré, à son mode de vie et son état de santé. C’est une protection emprunteur “sur-mesure”. En général, le montant des primes est définitivement fixé.

Quelles sont les garanties obligatoires

Quelle que soit l’offre que vous signerez auprès de votre assureur, l’assurance décès fera toujours partie du socle de base.

L’Assurance décès permet le paiement du capital restant dû en cas de décès de l’emprunteur et/ou du co-emprunteur.

📌 À savoir
Cette protection ne garantit pas de remboursement lors d’un suicide la première année ou en cas de mort survenue par la pratique d’un sport extrême non couvert.

Quelles sont les options additionnelles possibles ?

L’Assurance invalidité est déclinée en 5 degrés d’invalidité :

  • la perte totale et irréversible d’autonomie (invalidité à 100%)
  • l’invalidité permanente totale (invalidité d’au moins 66%)
  • l’invalidité permanente partielle (invalidité d’au moins 33 %
  • l’incapacité temporaire totale (l’invalidité ne vous permet plus temporairement d’exercer votre activité)
  • l’incapacité temporaire partielle (l’invalidité ne vous permet temporairement plus d’exercer totalement votre activité, on parle alors de mi-temps thérapeutique).
  • la garantie perte d’emploi peut être ajoutée à votre protection. Dans ce cas, votre assureur peut se substituer à vous en cas de licenciement et assurera, en tout ou partie, le paiement des mensualités de votre prêt immobilier

Cela pourrait également vous intéresser -> Changer d’assurance-emprunteur : quand et comment faire ?

#2 Prenez garde aux exclusions de garantie…

Qu’est ce que l’exclusion ?
Un assureur peut décider de ne pas couvrir certaines situations si elles sont jugées trop risquées. C’est ce que l’on appelle une exclusion de garantie.

Les exclusions sont indiquées dans les conditions particulières de votre contrat.

Premier type d’exclusion : l’âge

Au delà de 75 ans, ils n’est pas certain que vous puissiez être couvert par l’assurance décès.

📌 À savoir
La garantie décès est soumise à de nombreuses exclusions comme la pratique d’activités extrêmes.

De même, à partir de 70 ans, la Perte Totale Irréversible d’Autonomie (PTIA) peut être exclue.

Deuxième type : l’état de santé

Lors d’une demande d’assurance, un questionnaire de santé ou un examen médical est imposé.

Au terme de ce processus, si votre assureur estime que le risque de décès ou de handicap est trop important, il peut vous refuser de vous couvrir ou exclure de sa couverture certaines pathologies.

Troisième type : les métiers à risque

Les assureurs tiennent également compte de votre profession pour vous couvrir. Si votre métier est listé ci-dessous, il peut faire l’objet d’une exclusion. Vous devrez alors assurer votre prêt en souscrivant une assurance emprunteur spécifique, généralement, plus chère qu’une assurance “classique”.

  • Les professions où le port d’arme est fréquent voire quotidien (policier, gendarme, militaires, convoyeur de fonds…)
  • Les professions liées au transport régulier (pilote d’avion, chauffeur de bus…)
  • Les fonctions exercées dans des milieux hostiles (pêcheur en haute mer, guide de haute montagne, pompier…).
  • Les professions impliquant la manipulation de substances dangereuses (en centrale nucléaire, chimiste…) ;
  • Les métiers exercés dans des conditions extrêmes (mineur, agent de surface en hauteur, grutier…)

Quatrième type : les sports à risque

Certaines compagnies d’assurance ne couvrent pas les dommages liés à la pratique d’une d’activité à risque tel que l’équitation, les sports de glisse ou la voile.

Pour d’autres sports dangereux (exemple : plongée, sports de combat, saut d’obstacle) entraînent une surprime.

La pratique de certains sports peut même entraîner une absence de couverture (exemple : parachutisme, saut à l’élastique, escalade, sport professionnel…). Dans ce cas, vous devrez souscrire à une assurance de prêt immobilier adaptée.

#3 Attention aux surprimes

Qu’est-ce que la surprime ?
En cas de pathologie, l’assureur peut décider malgré tout de vous couvrir en appliquant un sur-coût. C’est ce qu’on appelle une surprime.

Un problème de santé peut entraîner une hausse de votre cotisation d’assurance crédit. Le tarif sera alors plus élevé et vos garanties plus limitées. Le taux de surprime est défini par l’assureur après étude de votre dossier médical.

#4 Soyez attentif au délai de carence et à la franchise

Le délai de carence

Le contrat d’assurance peut prévoir un délai, appliqué dès la souscription, durant lequel vous n’êtes pas couvert en cas de sinistre alors même que vous payez vos primes d’assurances. C’est ce que l’on appelle le délai de carence. Il permet à l’assureur de se prémunir contre un risque trop élevé de sinistre.

Il concerne en général :

  • le suicide : le délai de carence est en général de 1 an.
  • la perte d’emploi. le délai varie de 12 à 24 mois.

La franchise

C’est le délai pendant lequel l’assureur n’indemnise pas l’assuré au titre du sinistre. Bien évidemment, il n’y a jamais de franchise en cas de décès ou de PTIA. La durée et la présence des franchises varient d’un assureur à un autre et en fonction des options choisies. Elle impacte, en conséquence, fortement le montant des primes.

Par exemple : en cas de perte d’emploi, l’assureur peut tout à fait prévoir une franchise de 6 mois avant de prendre en charge les mensualités du crédit. En conséquence, vous ne serez pas indemnisé ces 6 premiers mois.

De même, en cas d’incapacité de travail, la franchise peut prévoir un délai de 30, 60 ou 90 jours (et plus) avant la prise en charge par l’assureur de vos mensualités de crédit ou vous verser des indemnités journalières.

#5 Profitez de la modularité des contrats groupe

Qu’est-ce que la quotité ?

Lorsque vous souscrivez une assurance, vous pouvez décider du pourcentage du capital ou de la mensualité que vous souhaitez assurer. C’est ce que l’on appelle la quotité. Vous pouvez choisir de vous assurer à 100 % sur le prêt immobilier et de n’assurer votre conjoint qu’à hauteur de la moitié du capital ou de la mensualité. C’est ce que l’on appelle une quotité à 50 %.

En général, on détermine la quotité en fonction de la composition des revenus du foyer.

Les quotités assurées varient de 0 à 100%.

Dans le contrat groupe, la quotité assurée choisie s’applique uniformément à l’ensemble des garanties souscrites. En revanche, dans certaines assurances individuelles, vous pouvez librement déterminer une quotité pour les options différentes de celle de l’assurance décès. En d’autres mots, vous pouvez tout à fait décider d’assurer le décès à 75 % ou 100 % et l’invalidité ou l’incapacité à 50 % ou 75 %. C’est un des avantages du contrat individuel trop souvent négligé et permettant de faire des économies substantielles.

#6 9 points à vérifier pour trouver la meilleure offre d’assurance

  • Les exclusions : Vérifiez que vos situations personnelle et/ou professionnelle ne font pas l’objet d’exclusions. Si c’est le cas, comparez les surprimes et les tarifs des assurances spécifiques
  • L’irrévocabilité des garanties : Vérifiez la présence de cette clause. Elle signifie qu’en cas de changement de situation (problème de santé, changement de métier…), vous n’avez pas à faire de déclaration à votre assureur et votre couverture ne sera pas impactée
  • Le coût total de votre assurance
  • Les frais de dossier
  • L’assurance perte d’emploi : vérifiez que cette couverture est prise en charge dans votre protection emprunteur, elle peut s’avérer très utile
  • Le degré d’invalidité pris en charge en cas d’invalidité
  • Les délais de carence et de franchise
  • La modularité des options (quotité assurée)
  • Le taux annuel effectif d’assurance