Les placements gagnants et perdants en 2022

Les placements gagnants et perdants en 2022

Thomas Anselme
mis à jour le 14/01/2022

Les placements gagnants et perdants en 2022

Après avoir passé deux ans particuliers à cause de la crise sanitaire, les placements financiers des Français devraient être bien moins importants en cette année 2022. La baisse estimée est de 36%.

Finandom, courtier en rachat de crédits, vous aide à comprendre cela, et vous présente les produits qui devraient être intéressants, et les autres.

Après les années 2020 et 2021 qui ont été exceptionnelles en termes de placements financiers pour les Français, cela devrait être bien différent en 2022. En effet, le taux d’épargne, c’est-à-dire la part de revenu que les ménages ne dépensent pas, devrait s’amoindrir cette année. Ce taux avait atteint 21% en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19, c’était un taux record ! Fin 2021, ce taux était retombé à 17%. D’après les estimations, il devrait revenir à un taux de 14,9% en 2022.

Cette baisse aura pour conséquence d’impacter directement les flux des placements financiers des épargnants français. Il sera ainsi en fort recul, passant de 172 milliards d'euros en 2021 (191 milliards en 2020) à 110 milliards d'euros en 2022. Soit une diminution d’environ 36%. Sous réserve que le pays ne connaisse pas d’autres confinements.

Quels sont donc les placements qui vont le plus être touchés par cela ? L’épargne disponible va-t-elle continuer à progresser ? L’assurance vie vat-t-elle continuer à avoir les faveurs des Français ? Voici quelques éléments pour y voir plus clair.

Les comptes à vue restent les grands gagnants ?

Les flux vers les dépôts à vue ont représenté 56 milliards d’euros en 2021. Cela était principalement composé des salaires qui se sont accumulés sur les comptes courants, avec peu de dépenses pendant cette période, où les Français ont été privés d’une partie de leurs sorties et loisirs. Cet argent n’a pas été placé. Ce phénomène n’est pas récent, mais il a été accentué par la crise sanitaire. Il est dû à la baisse d’appétence des ménages pour les placements financiers faiblement rémunérés.

Sur ce point, en 2022, si nous ne connaissons pas de nouveaux confinements, il devrait y avoir un retour à la normale. Le flux vers les dépôts à vue devrait se situer autour des 34 milliards d’euros.

Cependant, les livrets bancaires qui sont rémunérés devraient mieux résister. Ils ne devraient connaître une baisse que de 20% environ cette année, avec 41 milliards de dépôts contre 51,5 milliards en 2021.

Le LEP va-t-il en profiter ?

Cela devrait être confirmé dans quelques jours, le gouverneur de la Banque de France devrait recommander au gouvernement de remonter le rendement net annuel du Livret A au 1er février, le faisant ainsi passer de 0,5% à 0,8%. Ce taux pourrait même augmenter encore en août, pour peut-être dépasser 1%. Cela est dû au fait que l’inflation devrait être très forte au premier trimestre 2022 (au-delà de 2,5% d’après les estimations).

Cette augmentation va-t-elle bouleverser le paysage de l’épargne réglementée ? Le Livret A devrait être le seul produit d’épargne qui ne subira pas la baisse générale des flux de placements, et il devrait même progresser légèrement, et ce malgré un rendement réel (c’est-à-dire si on le corrige en appliquant l’inflation) qui est loin d’être avantageux.

Il sera également judicieux d'observer cette année le LEP (Livret d'épargne populaire). C’est un produit moins connu que le Livret A, mais cette année pour la première fois la rémunération du LEP va être alignée sur l'inflation du 2e semestre 2021. Soit 2,20% net, sous réserve de confirmation par le gouvernement dans quelques jours. Avec ce taux très intéressant, les 8 millions de Français qui sont éligibles ont tout intérêt de se pencher sur ce placement, d’autant plus que c’est un produit liquide et sécurisé. Cependant, il faut que les banquent jouent le jeu, car la clientèle éligible au LEP n’est pas la cible privilégiée des établissements bancaires.

L'assurance vie toujours appréciée

Placement très sollicité en 2021, avec 32,2 milliards d’euros captés, l’assurance vie devrait connaître une année assez réussie, notamment grâce aux unités de compte qui représentent maintenant près de 40% de la collecte brute. L’estimation de la collecte en 2022 est de 24,2 milliards d’euros, ce qui représente une baisse limitée d’environ 25%.

Pour les fonds euros, la baisse des rémunérations devrait être moins importante qu’annoncée, si on se base sur les premiers taux dévoilés.

Cela peut s’expliquer par deux raisons : la hausse du Livret A ainsi que le maintien de l’inflation à un niveau haut. Ceci pourrait convaincre les épargnants de privilégier les placements sur leur livret d’assurance vie.

La bourse, toujours des incertitudes

La bourse n’a jamais réellement intéressé le grand public Français. En effet, en France les épargnants n’ont jamais apprécié investir dans un support qui comporte un risque sur le capital, d’autant plus que ceux qui souhaitent s’aventurer dans ce milieu ont souvent tendance à acheter et à vendre leurs actions aux mauvais moments, et donc à ne pas réussir à faire fructifier leur portefeuille.

On peut toutefois espérer une évolution dans les mentalités, avec une nouvelle génération d’investisseurs qui ont profité de la chute de la bourse en mars 2020 pour faire leurs premiers investissements. L’année 2021 leur a donné raison puisque le CAC 40 a progressé de 30% cette année.

Comment se comporteront les marchés financiers en 2022 ? Il est malheureusement difficile de se prononcer avec certitude, tant les prévisions sur la pandémie, la croissance mondiale, et l’inflation sont incertaines. Les marchés financiers pourraient à nouveau être chahutés cette année.

Une chose est donc certaine : en 2022, les investisseurs vont devoir faire preuve de sang-froid. Selon la Banque de France, dans son rapport semestriel sur les risques financiers publié le lundi 5 janvier : le risque d'une crise boursière est « très élevé ».

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Finandom - Formulaire de simulation
Voir les avis

news